Des recettes de l'ïle-Du-Prince-Édouard par Danny Smiles #TourismeIPE #CelebrationsIPE

Bonjour les radieux et les radieuses!
À la fin juin, j'ai fait plus amples connaissance avec l'Ile-Du-Prince-Édouard durant une soirée... Hormis Anne La Maison au Pignons Verts, je ne connaissais pas grand chose à cette région du Canada... Ah oui, peut-être le gars de la publicité de Lays et de son champ de patates...

Ce qui m'a marqué le plus c'est que L'Ile-Du-Prince-Édouard célèbre un moment historique celui: de la Conférence de Charlottetown, l’événement qui a donné naissance à notre pays et qu'ici au Québec, on n'est pas trop conscient de ça, on s'imagine justement qu'il s'agit d'une île de champ de patates et que Anne y vit encore...



 Le 1er septembre 1864 (donc 150 ans(, les Pères de la Confédération se sont réunis dans le cadre d’un événement d’une semaine qui allait mener à la création de notre nation, et c’est seulement trois années plus tard, en 1867, que le Canada est officiellement devenu un pays.

Huit jours, 23 hauts-de-forme et un grand pays

 La conférence, initialement prévue par les provinces de l’Atlantique – l’Île-du-
Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick – pour discuter de
la possibilité d’une union maritime, est devenue l’un des grands moments de
l’histoire du Canada lorsque la Province du Canada (maintenant connue comme
l’Ontario et le Québec) a demandé de se joindre à la rencontre et que les
premières discussions ont permis de lancer l’idée plus vaste de la formation
d’une nation;

 Du 30 août au 1er septembre 1864, 23 délégués sont arrivés au port de
Charlottetown, avec des caisses de champagne, pour l’événement qui allait
durer une semaine. Parmi eux se trouvait Sir John A. Macdonald, le premier
homme qui allait devenir le premier ministre du Canada;
 Pendant huit jours, les délégués ont discuté des avantages d’une confédération,
des problèmes financiers associés à une union, et du partage des responsabilités
entre les provinces et le pays proposé;

 Lorsque les travaux de la Conférence de Charlottetown se sont achevés
le 8 septembre 1864, les délégués étaient parvenus à un accord d’union des
colonies en une Confédération, désignant l’Île-du-Prince-Édouard comme le
berceau de la Confédération;

 La rencontre de l’Île-du-Prince-Édouard a nourri le projet de la nation du
Canada et, à la suite de nouvelles discussions à l’occasion de conférences tenues
à Québec et à Londres, la notion de Confédération est devenue réalité
le 1er juillet 1867.

Du 1er au 8 septembre 1864 : une semaine de réjouissances
Tout au long de la semaine, les Pères de la Confédération ont participé selon la
manière toute traditionnelle de l’Île-du-Prince-Édouard à divers événements
mondains, notamment des dîners officiels, des pique-niques et un bal. Un cirque se
trouvait de passage dans la ville cette semaine-là, de sorte que l’Île se trouvait déjà
dans l’effervescence de célébrations et de réjouissances.

Un bal et un banquet publics tenus le jeudi soir ont fait de cette soirée un moment
inoubliable, alors que les délégués ont mis de côté les discussions officielles pour
jouir d’une expérience authentique propre à l’Île aux côtés de membres de la famille
royale et d’invités spéciaux. Voici une mise en contexte :

 L’édifice colonial, connu aujourd’hui sous le nom de Province House, était
décoré de bas en haut de drapeaux, de fleurs et de guirlandes comme les
délégués n’en avaient encore jamais vu;

 Apparaissaient aux murs des armoiries peintes à la main avec la devise de l’Île,
Parva Sub Ingenti (ce qui signifie « Le petit sous la protection du grand »);

 Dans la salle de banquet où avait lieu les soupers se trouvait une table couverte
de produits frais et authentiques de l’Île, notamment du saumon, de la salade de
homard, des huîtres préparées de toutes les manières possibles et imaginables,
des volailles de saison, des spécialités de légumes, des pâtisseries sous toutes
les formes, des variétés de fruits, ainsi que des vins des meilleurs millésimes;

 Avant de prendre part au copieux repas, sept toasts ont été portés par les
distingués invités et membres du comité;

 Les invités se sont ensuite dirigés vers la salle de bal où ils ont dansé jusqu’aux
petites heures du matin.

L'expérience décrite ci-haut, nous l'avons vécu récemment et je peux vous dire que c'était vraiment agréable et ça donne le goût (cette année je ne pouvais pas..) visiter l'Île-Du-Prince-Édouard à l'auberge Saint-Gabriel de Montréal en compagnie du chef Danny Smiles.

Je vous montre quelques savoureuses photos de l'évènement avant de vous partager les recettes du chef Danny Smiles.









Afin de s'inspirer des banquets d'époque et peut-être même épater vos invité voici les fameuses recettes de Danny Smiles!



Moules de l'I.-P.-É. et dashi à l'érable 

du chef Danny Smiles
Ingrédients
·         1⁄2 t. de beurre
·         1 1⁄2 gros oignons, hachés
·         1 lb (450 g) de pommes de terre de l'I.-P.-É. bouillies, pelées et hachées
·         3 t. de crème demi-grasse
·         Sel et poivre au goût
·         2 t. d'eau
·         2 paquets de kombu déshydraté
·         3 paquets de flocons de bonite
·         1⁄2 t. de sirop d'érable
·         1 lb (450 g) de moules
Préparation

Pour le bouillon dashi : combiner l'eau, le kombu déshydraté, les flocons de bonite et le sirop d'érable dans une casserole. Amener à ébullition, et réduire le feu pour laisser mijoter une heure. Après la réduction, filtrer le liquide à travers une passoire fine et réserver le bouillon.

Faire fondre le beurre dans une grosse marmite à feu moyen. Ajouter les oignons et les faire sauter jusqu'à ce qu'ils deviennent translucides. Ajouter lentement les moules en mélangeant; cuire à feu doux, en mélangeant souvent, de 2 à 4 minutes.
Dans une petite casserole, couvrir les pommes de terre pelées d'eau. Amener à ébullition, et cuire jusqu'à ce que les pommes de terre soient tendres, environ 15 minutes. Égoutter et réserver.
Ajouter les pommes de terre aux moules, et incorporer la crème demi-grasse, le sel et le poivre. Réchauffer sans amener à ébullition.
Placer le tout dans un grand bol et servir.
Donne 4 portions généreuses.


Homard de l'Î.-P.-É. poché, sauce béarnaise 



 du chef Danny Smiles
Ingrédients
      1/3 t. (75 ml) de vinaigre de vin blanc
      2 tiges d'estragon frais
      1 échalote française, hachée
      1/2 c. à café (2,5 ml) de grains de poivre écrasés
      4 jaunes d'œufs
      1 t. (250 ml) de beurre, fondu et refroidi
      1 c. à soupe (15 ml) d'estragon frais, haché
      1 c. à soupe (15 ml) d'eau froide
      Sel et poivre

Préparation
Pour le homard :
1.      D'abord, tuer le homard à l'aide d'une des méthodes suivantes :
a.       Remplir une grosse marmite d'eau et l'amener à ébullition. Plonger le homard rapidement dans l'eau, et le blanchir 1 minute. Retirer immédiatement le homard de la marmite.
b.      Placer le homard sur une planche à découper. Le tenir fermement de la main gauche (si vous êtes droitier) à la jonction entre la queue et la tête. Avec votre main droite, tenir un gros couteau verticalement au-dessus du homard, la pointe au-dessus de l'intersection des plis horizontaux et verticaux de la tête du homard. Planter fermement et rapidement le couteau directement à travers la tête, jusqu'à ce que le couteau touche la planche, puis couper vers le bas, à travers le centre de la tête. Le homard mourra immédiatement, bien qu'il puisse continuer de bouger.
2.      Retirer les pinces en les tordant à l'articulation qui les attache au corps. Tordre la queue pour la retirer (garder la tête et les pattes pour faire un bouillon, si désiré). Pour que la queue reste droite, l'embrocher sur la longueur de la chair à l'aide d'une brochette de métal, un peu à côté du centre, le plus près possible du dessous de la queue. Envelopper celle-ci très serrée à l'aide de pellicule plastique.
3.      Dans une grande casserole large, amener à ébullition quelques pouces d'eau. Ajouter la queue de homard (enveloppée de pellicule plastique) et la pocher 2 minutes. Ajouter les pinces et pocher 4 minutes de plus. Égoutter, et laisser refroidir.
4.      Pour extraire la chair de homard, tordre les 2 sections de chaque pince pour les séparer. Frapper la plus grosse partie de chaque pince contre une surface de travail à plusieurs reprises, puis la déposer sur un côté, avec le dessous vers le haut. Frapper le côté de la pince avec un gros couteau lourd, pour la craquer, puis la tourner à l'aide du couteau jusqu'à ce que la carapace se sépare. Extraire la chair. Répéter le processus avec l'autre pince.
5.      Utiliser de gros ciseaux de cuisine pour couper et extraire la chair des plus petites parties de la pince. Couper et jeter les pointes grasses des pinces.
6.      Presser fermement sur le dos de la queue jusqu'à ce que celle-ci craque. Couper la carapace du dessous de la queue et la séparer pour en libérer la chair. Envelopper la chair du homard dans une pellicule plastique, et la réfrigérer jusqu'au moment de l'utiliser.

Préparation de la sauce béarnaise
1.      Dans une petite casserole, mélanger le vinaigre, les tiges d'estragon, l'échalote française et le poivre et amener le tout à ébullition. Laisser réduire de moitié. Filtrer à l'aide d'un tamis.
2.      Dans un bol placé au-dessus d'un poêlon d'eau frémissante, fouetter la réduction de vinaigre et les jaunes d'oeufs jusqu'à consistance légère et veloutée.
3.      Retirer le bol du bain-marie. Une fois retiré du feu, ajouter le beurre fondu en filet, en fouettant constamment. Ajouter l'estragon haché et l'eau froide. Saler et poivrer. Réserver à température ambiante. Réchauffer au bain-marie, au-dessus d'une eau frémissante, en fouettant quelques secondes seulement, au moment de servir.
4.      Verser la sauce sur la chair de crabe et SAVOURER!
 
Shortcake aux fraises et au cordial à la framboise Anne of Green Gables de l'Î.-P.-É. 


du chef Danny Smiles
Ingrédients
·         355 ml de cordial à la framboise Anne of Green Gables
·         3 chopines de fraises fraîches
·         1/2 t. de sucre blanc
·         2 1/4 t. de farine tout usage
·         4 c. à café de levure artificielle
·         2 c. à soupe de sucre blanc
·         1/4 c. à café de sel
·         1/3 t. de shortening
·         1 œuf
·         2/3 t. de lait
·         2 t. de crème fouettée
Préparation
1.      Trancher les fraises et les mêler à 1/2 t. de sucre blanc et 355 ml de cordial à la framboise Anne of Green Gables. Réserver.
2.      Préchauffer le four à 425 °F (220 °C). Graisser et fariner un moule à gâteau rond de 8 pouces.
3.      Dans un bol de taille moyenne, combiner la farine, la levure artificielle, 2 c. à soupe de sucre blanc et le sel. À l'aide d'un mélangeur à pâtisserie, incorporer le shortening jusqu'à ce que le mélange ressemble à des miettes grossières. Créer un puits au centre, et y ajouter l'œuf battu et le lait. Mélanger juste assez pour combiner les ingrédients.
4.      Étendre la pâte dans le moule préparé à cet effet. Cuire à 425 °F (220 °C) 15 à 20 minutes ou jusqu'à ce que le gâteau soit doré. Laisser refroidir partiellement dans son moule, sur une grille.
5.      Trancher le gâteau partiellement refroidi en deux, pour créer deux étages. Placer la moitié des framboises sur un étage, et recouvrir de l'autre moitié du gâteau. Recouvrir du reste des fraises et couvrir le tout de crème fouettée.



 En 2014, depuis le 1er juillet... et ça continuera jusqu'au 7 septembre il y aura célébration et évènements par dessus évènements à l'Île-Du-Prince-Édouard...


Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour visiter l’Île-du-Prince-Édouard puisque
l’Île sera l’hôte cette année de plus de 150 événements, festivals et activités. Pour en
savoir plus sur la façon de participer aux célébrations et de vivre une authentique
expérience de l’Île, visitez www.tourismpei.com.


Bonne expérience gourmande!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

256ac29aaaf48017dfade4bb46ddee8432aeaa5a57d768b6bd
Josianne Brousseau /etreradieuse.com. Présenté par Blogger.

INSTAGRAM FEED

@etreradieuse

Publicités

-